Lutte contre le tabac - CNCT
Vision et missionsDernières actusHistoriqueNotre OrganisationNotre activité
Informer et alerterPréserver les jeunesContrer l'industrie du tabacProtéger de la fuméeRéduire le coût pour la sociétéInciter à arrêterNos campagnes
Devenir partenairePartenairesNos partenaires en action
Enjeux & ChiffresCombien ça coûte ?Impact sur l'environnementImpact sur la santéPour arrêter de fumer
Dissimulation et mensongesManipulation chimiqueMarketing cibléPublicité illiciteMarché noirPression sur la décision politiqueBlanchiment moral
Relayer le messageAdhérerFaire un donFaire un legs ou une donationDevenir partenaireNous rejoindreTémoignagesSignez la pétition !
NewsletterLobbying & Influence
Qui sommes-nous ?ConfidentialitéMentions LégalesLiens utilesPartenariatsIndexSyndication RSS
Accueil / Lutter contre le tabac / Espace Presse / Communiqués de presse / Lycées : la justice demande la suspension des espaces fumeurs illégaux

Pour aller plus loin

Les numéros Santé Sans Tabac - 2009

> Lire l'article

Notre activité en 2014

> Lire l'article

Appliquer l’interdiction de fumer / vapoter dans les lieux publicsQuelle est la règle générale en matière d’interdiction de fumer...

> Lire l'article

Rechercher

Lobbying & Influence

Investigations

Lycées : la justice demande la suspension des espaces fumeurs illégaux

Publiée jeudi 21 avril

Paris, le 21 avril 2016 – Faisant référence à la situation sécuritaire, certains proviseurs de lycées avaient décidé de réintroduire illégalement le tabac dans leurs établissements. Après avoir tenté sans succès la voie du dialogue constructif, les associations DNF (Les Droits des Non-Fumeurs) et le CNCT (Comité National Contre le Tabagisme), avec le soutien de l’Alliance contre le tabac ont dû former des recours contre les décisions de création de zones fumeurs dans trois établissements franciliens. Ce mercredi, le tribunal administratif de Cergy donne raison aux associations et demande la suspension de ces espaces fumeurs illégaux dans les lycées.

 

Invoquant le risque terroriste, un certain nombre de proviseurs ont institué des zones fumeurs illégales dans l’enceinte même de leurs lycées. Alors que plus de 200 000 jeunes entrent dans le tabagisme chaque année, que 40% des jeunes de 17 ans fument dans notre pays, et qu’un consommateur de tabac sur deux meurt prématurément de son addiction, renormaliser l’acte de fumer en milieu scolaire est totalement irresponsable. 

Les associations santé ont été saisies par de nombreux parents. Après s’être heurtées à un mur du côté de la hiérarchie de l’Education nationale, DNF et CNCT ont déposé des recours administratifs dans trois cas : Lycées Voltaire (Paris 11ème arrondissement), Rodin (Paris 13ème arrondissement) et Paul-Lapie (Courbevoie).

Aujourd’hui, le tribunal administratif de Cergy a rendu sa décision et demande la suspension des espaces fumeurs dans les lycées.

La question est ainsi tranchée en droit. Elle l’est aussi politiquement, puisque la Ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a pris récemment une position publique extrêmement claire : « Fumer est interdit au sein des établissements scolaires. Donc, ça n’est pas parce que nous cherchons à éviter les attroupements, notamment aux abords des lycées, qu’il faut permettre aux élèves de fumer à l’intérieur des lycées. Donc l’instruction doit être passée clairement : pendant cette période de mesures de sécurité renforcées, il doit être demandé aux lycéens tout simplement de ne pas fumer. »

Maintenant que la justice s’est prononcée, et que leur Ministre de tutelle a donné l’instruction claire qu’ils attendaient, les proviseurs doivent mettre fin immédiatement à ces situations illégales.

Quant aux autorités publiques, elles doivent désormais conjuguer sécurité sanitaire des élèves, en menant enfin une politique ambitieuse de prévention et d’accompagnement à l’arrêt du tabagisme en milieu scolaire, et sécurité physique, en explorant le vaste champ des solutions légales comme l’a fait par exemple la Mairie de Solesmes (Nord). 

 

Le communiqué de presse de DNF et du CNCT

 


Imprimer


Le Comité National Contre le Tabagisme est la première association qui s’engage et agit pour la prévention et la protection des personnes face aux méfaits du tabac et aux pratiques de son industrie. En France, le tabagisme reste la première cause de mortalité prématurée et évitable. Pour lutter contre ce fléau, le CNCT mène à la fois des actions de prévention afin de sensibiliser sur ces dangers et des actions de plaidoyer pour faire adopter des mesures de protection efficaces.

©CNCT, comité national contre le tabagisme - Tous droits réservés.