Lutte contre le tabac - CNCT
Vision et missionsDernières actusHistoriqueNotre OrganisationNotre activité
Informer et alerterPréserver les jeunesContrer l'industrie du tabacProtéger de la fuméeRéduire le coût pour la sociétéInciter à arrêterNos campagnes
Devenir partenairePartenairesNos partenaires en action
Enjeux & ChiffresCombien ça coûte ?Impact sur l'environnementImpact sur la santéPour arrêter de fumer
Dissimulation et mensongesManipulation chimiqueMarketing cibléPublicité illiciteMarché noirPression sur la décision politiqueBlanchiment moral
Relayer le messageAdhérerFaire un donFaire un legs ou une donationDevenir partenaireNous rejoindreTémoignagesSignez la pétition !
NewsletterLobbying & Influence
Qui sommes-nous ?ConfidentialitéMentions LégalesLiens utilesPartenariatsIndexSyndication RSS
Accueil / Le CNCT / Dernières actus / Pour terminer l’année et avant de vous souhaiter de belles fêtes de fin d’année..

Pour aller plus loin

La campagne du CNCT sur le coût du tabagisme en FranceCréée et réalisée par l'agence Havas 360

> Lire l'article

Lobbying et influence de l'industrie

> Lire l'article

Rechercher

Lobbying & Influence

Investigations

Pour terminer l’année et avant de vous souhaiter de belles fêtes de fin d’année..

Publiée jeudi 21 décembre

 

Nous souhaiterions revenir sur une très, très légère évolution observée ces dernières semaines, suite à la disparition de Johnny Hallyday. Pendant très longtemps, on observait (et on observe toujours) chez nos amis de la culture (du cinéma, de la musique, de la littérature, et autres) une réticence à prendre position sur la question du tabagisme, soutenir la cause et/ou pointer le problème du tabagisme en France lorsque celui-ci met en péril leur propre vie et/ou celle de leurs proches artistes, etc. Comble de l’ironie, les hommages rendus dans la presse montraient souvent clichés glamours et esthétiques de l’artiste disparu avec une cigarette à la main ou à la bouche.

Nous avions, il y a quelques années, écrit un article à ce sujet : « Mourir du tabac : un tabou ? ».

Cette réticence à se positionner sur la question du tabagisme chez un certain nombre de leaders d’opinions peut s’expliquer par différentes raisons :
- une forte normalisation du tabac dans nos sociétés, où des générations entières ont « baigné » dans des environnements enfumés, qui rend difficile toute prise de conscience et recul sur le sujet ;
- une industrie du tabac très présente dans les milieux de la culture (money, money, money) qui a réussi à façonner des esprits et des discours, à détourner des valeurs, comme celle de la liberté (rappelons que le tabac est un des produits les plus addictifs), ou encore à détourner sa propre responsabilité dans l’épidémie tabagique en insistant sur la « responsabilité individuelle » des victimes (qu’on pourrait qualifier, plus prosaïquement, de « s’il est malade, c’est bien de sa faute hein »), en évitant toute discussion sur le fait que 9 enfants et adolescents sur 10 commencent à fumer à un âge où les cerveaux sont en construction, une période idéale pour les faire tomber dans le piège de la dépendance ;
- cette même industrie qui a fait passer les défenseurs de la santé publique pour des « intolérants », « extrémistes » en montant de toute pièce des « scandales » comme l’affaire Tati, qui a censuré nombre d’acteurs de la santé à s’exprimer sur ces questions relatives à la culture ;
- et autres raisons que nous avions mentionnées dans un article évoquant entre autres, modèles identitaires, pratiques marketing de l’industrie, cinéma, etc. 

Revenons donc sur cette très légère évolution que nous mentionnions. Assez rares pour être soulignées : des voix ont commencé à s’élever pour pointer la responsabilité du tabac dans la disparition de Johnny Hallyday, mais pas uniquement. 

Le journaliste et critique musical Philippe Manœuvre affirmait sur la radio RMC « Faut le dire, faut oser le dire à un moment. Sans la cigarette, il se rajoutait 10, 15, 20 ans de vie. » La chanteuse Imany tweetait : « L’industrie du tabac a fait une nouvelle victime aujourd’hui ».

L’essayiste Laurent Alexandre dans une tribune intitulée « Johnny, le tabac et nos enfants » a écrit, dans l’Express, « Johnny aurait pu rendre un dernier service à la jeunesse en la mettant en garde contre le tabac, comme l’acteur Ticky Holgado, qui est décédé d’un cancer du poumon le 22 janvier 2004 » et cite le réalisateur Claude Lelouch : « En 2001, Ticky m’a dit qu’il souffrait d’un cancer aux poumons et qu’il avait envie que je le filme pour témoigner. J’ai accepté, et j’ai filmé beaucoup de choses, dont une opération en octobre. Pour lui, il était important de dire que la cigarette est une saloperie. » Le journaliste santé Jean-Daniel Flaysakier s’adresse, lui, au médecin de Johnny : « Quand on est un oncologue célèbre et qu’on soigne une vedette, on peut en parler à la télé dans certaines limites. Mais on devrait surtout faire passer un message de prévention face à un cancer lié au tabac. »

 

Enfin, l’animateur Nagui a la présence d’esprit de montrer les contradictions que l’on trouve très souvent dans les unes de presse : « Pourquoi @Telerama met en couverture Johnny qui fume alors qu'il est mort d'un cancer des poumons ? ».

Une très légère évolution qui mérite d’être soulignée. C’est encore timide, mais cela ira en évoluant. On attend le jour où des personnalités soutiendront la cause, à l’instar de celles qui se mobilisent pour le Sidaction, le cancer du sein et autres causes toutes aussi justes. On attend le jour où il y aura un vrai débat scientifique sur le rôle et la place de la cigarette au cinéma plutôt qu’ « une creuse rhétorique des flagorneurs de la fécondité artistique » comme l’écrit si bien le chercheur Michel Desmurget dans une tribune. On attend le jour…

La disparition de célébrités est un rappel à la fois triste que le tabac tue, plus de 200 personnes par jour dans notre pays. Mais cette évolution et ces prises de positions nous amènent aussi à rappeler qu’il n’y a pas de fatalité, que pour les actuelles et nouvelles générations, il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer, et qu’il ne faut jamais commencer. Tout le monde peut à son niveau dans son quotidien (en étant un exemple pour son entourage, en arrêtant de partager et liker les photos faisant la promotion du tabac), dans son travail (publicitaires, diffuseurs, artistes…la liste est longue) contribuer à faire de la prévention et ne pas être un porte-parole de l’industrie du tabac.

On vous souhaite à toutes et à tous de très belles fêtes de fin d’année. Prenez soin de vous et des vôtres. Et on se retrouve l’année prochaine ! #VieSansTabac

Un grand merci à Emma et Louise Oudin pour cette illustration réalisée à l’occasion de la disparition de Johnny Hallyday. Une belle illustration qui mériterait sa place dans le Canard Enchaîné. 

Imprimer


Le Comité National Contre le Tabagisme est la première association qui s’engage et agit pour la prévention et la protection des personnes face aux méfaits du tabac et aux pratiques de son industrie. En France, le tabagisme reste la première cause de mortalité prématurée et évitable. Pour lutter contre ce fléau, le CNCT mène à la fois des actions de prévention afin de sensibiliser sur ces dangers et des actions de plaidoyer pour faire adopter des mesures de protection efficaces.

©CNCT, comité national contre le tabagisme - Tous droits réservés.